Livre Maurice&Rose BENROUBI Petit arbre de BirkenauUn ouvrage inhabituel, en trois parties : le témoignage de Maurice, survivant de Birkenau, le journal de l'attente de sa femme Rose et un texte d'Annette Wieviorka rappelant seulement les traits saillants de ces deux textes et présentant les documents patiemment cherchés et retrouvés par Yves Moreau dans les archives locales.
Maurice Benroubi, Juif grec (ne parlant ni yiddish, ni allemand) est arrivé en France en 1928. Il vivait dans la Sarthe. Il a été déporté par le convoi n°8 (comme André Lettich et Henri Borland, notamment). Il a passé un court temps affecté au Sonderkommando en juillet 1942, peu après son arrivée, à creuser des fosses et y déposer des corps (p. 21). Comme il l'avait déjà déclaré à Jean-Claude Pressac, il écrit que les prisonniers du Sonderkommando (dont il estime ne pas faire partie) les insultaient et leur jetaient des pierres (p.47). Mais il évoque surtout Jawichowitz (sous-camp où les prisonniers travaillaient dans les mines) où il a été majoritairement affecté. Son texte, rédigé bien après-guerre, est construit de façon tout à fait particulière. Il ne semble pas avoir été écrit selon un plan précis, chronologique ou thématique, mais au fil de la pensée, alternant le témoignage, les points de vue et l'évocation des dégâts définitifs causés dans le quotidien par un tel passé. Ce choix, inhabituel et intéressant, nous permet d'accompagner le vécu de "l'après-camp" de Maurice Benroubi. Il nous aide à comprendre quelque chose de la façon dont tous les éléments du quotidien, aussi anodins puissent-ils être, évoquent pour un survivant tel ou tel élément vécu au camp. Il me semble qu'il s'agit de l'un des points essentiels de son témoignage, cette façon dont il "continue de vivre à Auschwitz" parce que tout le renvoie à ce passé indépassable.  
Le texte de Rose, sa femme, est un journal qu'elle écrit à l'intention de Maurice et dans l'attente de son retour. Elle ne doute pas qu'il reviendra, parce qu'elle ne peut pas concevoir qu'un amour comme le sien soit brisé. Ce sont des pages qui documentent les inquiétudes de la vie de cette jeune femme juive et son petit garçon durant l'occupation. Il s'agit là d'un témoignage par ailleurs très émouvant, que Jacques, l'un des fils de Rose & Maurice, nous donne aujourd'hui à partager.

 

Ed. Albin Michel, Coll. Bibliothèque Histoire, 2013, ISBN 978-2-226-24624-0.

Ressources

thomas-geve-pseudonyme-survivant-dauschwitz-jai-eu-13-ans-en-camp-de-concentrationNé en 1930, l'auteur est déporté de Berlin et arrive fin juin 43 à Birkenau avec sa mère. Il est connu aujourd'hui pour la publication d'un grand nombre de dessins parmi ceux qu'il a réalisés sur[...]
  
tim-blake-nelson-the-grey-zone-2001-en-franceUn film basé sur le témoignage de Niklos NYSZLI (voir le commentaire dans la bibliographie du site). Un «documentaire fiction» qui tente de reconstituer la vie du Sonderkommando de Birkenau en[...]
  
joanna-podolska-traces-of-the-litzmannstadt-getto-a-guide-to-the-pastUn petit livre d'un format inhabituel, très facile à glisser dans une poche arrière, idéal pour aller à la découverte de la ville sur les traces du ghetto de Lodz. Une mine d'informations, construite sur[...]
  
rudolf-vrba-alan-bestic-je-me-suis-evade-dauschwitzRudolf Vrba propose ici une autobiographie à laquelle on reprocha parfois d’être romancée sur certains aspects. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un témoignage précieux, évoquant de façon détaillée[...]
  
radu-mihaileanu--train-de-vie-franco-israelien-1998-1h40Un film de fiction dans lequel le narrateur est le "shlemil" d'un shtetl. Il apprend que les Juifs des villages voisins sont déportés et convainc les habitants du sien que seule une folie pleine d'humour[...]
  
anna-wisniewska-czeslaw-rajca-majdanek-das-lubliner-konzentrationslagerUn livret (70 p, illustré de photos d'époque, d'artefacts retrouvés) fort utile pour qui prépare une visite de ce camp ou simplement pour qui veut en connaître les principaux aspects et modalités de[...]
  
jorge-semprun-lecriture-ou-la-vieUn livre qui s'ouvre à la libération de Buchenwald. Jorge Semprun le construit comme une oeuvre impressionniste, par touches qui se répondent et se complètent, en aller-retours permanents entre passé et[...]