Un documentaire qui s'ouvre avec Simon Wiesenthal à Mauthausen, livre de prière en main, qui d'ailleurs en lira un texte, et se referme avec S. Wiesenthal devant le mur des Lamentations, avec le même livre. Les narrateurs sont E. Taylor et O. Welles.
Après une rapide évocation de la vie juive avant-guerre et des différentes formes qu'a pu prendre l'antisémitisme, ce film retrace, s'appuyant sur des images d'archives (parfois peu connues encore aujourd'hui) et des lectures de témoignages, toutes les étapes et évenements essentiels de la Shoah. Le choix des archives et des informations données est toujours intéressant. A l'époque ce documentaire était certainement le premier à retracer de façon aussi précise et documentée l'histoire de "l'Holocauste" comme on disait alors. C'est en cela qu'il est remarquable.
Mais il a aussi les marques de son époque. S'il est bien évidemment intéressant du point de vue de ce qui est dit, il l'est aussi pour ce qui ne l'est pas. L'évocation des ghettos par exemple n'aborde pas la question des "Judenräte" dont le terme n'est pas prononcé. La révolte de Birkenau est donnée comme émanant de la résistance intérieure du camp mais les Sonderkommandos ne sont pas nommés, leur existence même n'est pas évoquée, ne serait-ce que par une phrase. On constate aussi la méconnaissance de l'époque lorsque le narrateur dit qu'il y eut alors 600 évasions. La relation de la libération des camps est particulière aussi : on quitte alors Auschwitz pour ne citer que les camps libérés par les Britanniques et surtout les Américains, les mots "Soviétiques" ou "Armée Rouge" ou "Russes" ne seront pas prononcés.

Ressources

jcharles-deniau-et-stephane-khemis-les-carnets-de-nuremberg-france-2006-1hLéon GOLDENSOHN était un psychiâtre américain. A ce titre, il faisait partie de l'équipe chargée de veiller à la santé physique et mentale, de janvier à juillet 46, des 12 nazis jugés à Nuremberg. Il[...]
  
1942-convoi-n8Le convoi n°8 (juillet 42), parti d'Angers directement pour Auschwitz-Birkenau, était composé de 827 Juifs dont 390 femmes. Sur les 801 personnes entrées dans le camp, en 1945 seulement 20 avaient survécu[...]
  
andreas-kilian-eric-friedler-et-barbara-siebert-zeugen-aus-der-todeszone-das-judische-sonderkommando-in-auschwitzOuvrage paru en 2002 à Münich. N’existe qu’en allemand (à ma connaissance, seul un projet de traduction en tchèque est en cours). A. Kilian est historien, E. Friedler et B. Siebert sont journalistes. Ce[...]
  
revue-lhistoire-n-156-de-juin-1992-le-dossier-des-chambres-a-gaz-p-42-a-50Un dossier qui a paru indispensable, en suite au précieux travail de Jean-Claude PRESSAC qui en effet permettait d’établir des vérités historiques en lieu et place d’hypothèses approximatives et parfois[...]
  
sylvain-gutmacher-auschwitz-dachau-novembre-1942-mai-1945L'auteur, né le 05 mars 1922 à Lodz, arrivé en Belgique à trois ans, est arrêté à Anvers le 31 octobre 42 et déporté le jour même de Malines (convoi XVII) pour Auschwitz. Transféré ensuite à Varsovie le[...]
  
charlotte-delbo-aucun-de-nous-ne-reviendraLe premier des trois volets du témoignage de l'auteur qui fut déportée en 43 de Compiègne pour Auschwitz. Une narration comme une incantation pour évoquer le quotidien d'une femme dans le nulle part de ce[...]
  
michael-marrus-lholocauste-dans-lhistoireL'historien canadien, célèbre pour ses travaux sur les Juifs de France, propose ici un panorama d'ensemble de la Shoah. Il s'intéresse à ce qui a été su, fait (ou pas) et dit à l'époque, en remettant les[...]