SONY DSC
Des fouilles archéologiques sont en cours à Sobibór et la presse en rend compte sur le net. Je lis et parfois je m'étrangle.

Le 06 juin, le Telegraph nous explique que "le Sonderkommando était composé de prisonniers chargés de conduire les victimes aux chambres à gaz..." ("The sonderkommando was comprised of prisoners tasked with herding victims to the gas chambers". Je passe, non sans mal, sur la traduction de "herding"). Mais seuls les prisonniers des crématoires d'Auschwitz et Birkenau étaient appelés "Sonderkommandos". Dans les centres de mise à mort tel Sobibór, les appellations étaient différentes et "Sonderkommando" y était utilisé pour les SS... Quant à laisser les prisonniers affectés aux chambres à gaz se déplacer librement à travers les différentes parties du camp et le traverser pour aller chercher les futures victimes à leur arrivée... on reste sans voix !

Le 07 juin, c'est Haaretz qui propose un article qui donne plus longuement la parole à l'un des deux archéologues, Yoram Haimi. Celui-ci va nous dire que peut-être même ils trouveront les restes des juifs creuseurs du tunnel, qui auraient été ensevelis vivants... ("we may even find the remains of Jews who tried to escape and were buried alive") mais je préfèrerais savoir ce qu'ils ONT trouvé plutôt que ce qu'ils IMAGINENT pouvoir trouver, alors je poursuis la lecture. Ils ont notamment mis à jour 7 squelettes de personnes ayant entre 65 et 80 ans, abattues d'une balle dans la tête. Mais là, stupeur : Y. Haimi se serait laissé aller à dire qu'il pense qu'il s'agit de Juifs, amenés de Treblinka pour le démantèlement de Sobibor, qui faisaient là-bas partie du Sonderkommando. Je ne réitère pas ma remarque sur ce qu'il en est des "Sonderkommandos" à Treblinka. Mais pour le reste, épatant, non ? Et pas d'intuition sur leur profession avant leur déportation ? leur nationalité ? Bon, je fais du mauvais esprit. Quoi qu'il en soit, il fallait que les SS de Treblinka et Sobibor soient bien stupides pour choisir des personnes (étaient-ce seulement des squelettes d'hommes ?) ayant entre 65 et 80 ans pour assurer le travail consistant à sortir des milliers de cadavres des chambres à gaz, qui nécessite force physique et pleine santé. En revanche, au "Lazarett"... Bon, j'abandonne cet article.

Le jour suivant, 08 juin, c'est le Huffington Post qui relaie l'information. Là (je devrais peut-être écrire "las" ?) on retrouve bien entendu la mention des "Sonderkommandos" mais surtout on découvre que les victimes de Sobibór ont été assassinées entre le printemps 42 et la fin 44 ("Between the spring of 1942 and the fall of 1944"). Cette fois je suis assommée. Les négationnistes vont bien se régaler avec tout ça, j'imagine.

Je n'ai pas essayé de relever toutes les erreurs, mais seulement quelques éléments saillants. Je suggère la lecture :
de Yitzhak ARAD / Belzec, Sobibor, Treblinka
et de Thomas BLATT / From the ashes of Sobibor
ou encore de Richard RASHKE / Les Evadés de Sobibor
et bientôt de l'ouvrage de Sila CEHRELI (en attente de parution). D'ailleurs, puisque les gens avertis s'autorisent des hypothèses, pourquoi pas moi ? alors je lui demanderais volontiers ce qu'elle accorde comme crédit à l'idée du tunnel sous l'atelier des menuisiers (plutôt que sous le bâtiment des "Totenjuden") puisque des survivants se souviennent de cette idée de tunnel... mais la menuiserie est tout à fait au Sud du camp alors que le "Lager 3" est tout à fait au Nord...