Olivier Abel qui fut prof de philosophie éthique à Istanbul durant quatre ans, est aujourd'hui à la Faculté libre de théologie Protestante de Paris, intervenant à l'EHESS et dans la revue Esprit.
Il propose son regard, centré dans ce texte sur le génocide Arménien, sur un sujet dont il est spécialiste : les liens entre politique, histoire et mémoire. Il me semble largement mériter le détour d'une lecture en ligne ici, sur le site de Mediapart
Occasion également de citer le dernier ouvrage de Paul Ricoeur, parfois controversé : La Mémoire, l'Histoire, l'oubli... même si, en ce qui me concerne, il m'attend encore sur l'étagère ! (Un article a été consacré à cet ouvrage par Alexandra Laignail Lavastine dans Le Monde du 22 août).