Christophe Nick nous propose toujours de l'accompagner dans ses interrogations sur des questions de fond. C'est un homme de mon âge, rigoureux et engagé. De ceux dont on dit qu'ils "ne font pas les choses à moitié". Je me souviens, plus que d'autres sans doute, de ses "Chroniques de la violence ordinaire" parce que j'habitais alors précisément cet endroit de l'Oise qu'il évoquait et ces jeunes avaient pu être élèves du collège où je travaillais.
Aujourd'hui, c'est à une information et une réflexion sur la Résistance en France qu'il nous convie avec la volonté affirmée de se tenir loin des deux pôles "tous résistants" comme "tous collabos" mais tenter de dépeindre avec justesse tous les aspects qu'a pu prendre la Résistance en France entre 39 et 45 en s'appuyant sur des images et documents d'archives ainsi que sur le travail d'historiens.
Un premier documentaire a été diffusé en deux parties ces lundi et mardi, respectivement intitulés "Vivre libre ou mourir" (la Résistance militaire combattante) et "Quand il faut sauver les Juifs" (la résistance civile protectrice, qui évoque beaucoup les enfants).
Il faut savoir que ses grands-parents se sont vus remettre le titre de Justes.
Si vous l'avez vu et apprécié, si vous l'avez manqué et le regrettez, sachez que son second documentaire sera présenté en quatre parties, chaque vendredi à 15h30 sur France 5 (22 & 29 février, 7 & 14 mars). Elles s'intituleront respectivement : "Le sourd grondement d'un peuple" (réaction de la société civile) - "La lutte armée" (actions du combat résistant) - "Victimes contre bourreaux" (résistance des communautés Juives) - "Face à la déportation des Juifs" (résistance face aux persécutions antisémites). Elles sont annoncées comme moins exclusivement informatives mais faisant d'avantage appel à l'analyse et aux points de vue des divers historiens ayant travaillé sur les thèmes traités.