Retour au site




Accueil

mercredi 18 juillet 2007

Belsen trial book

J'épluche le (gros) livre du procès de Belsen & Auschwitz... éprouvante activité. Je suis obligée de faire des pauses pour me calmer tant les dépositions et interrogatoires des accusés sont insupportables. L'un après l'autre, chacun déclare n'avoir jamais seulement vu de prisonnier battu ni mal traité, n'avoir jamais participé à une sélection autrement que par une obligatoire présence (hormis Klein, qui, lui, en tant que médecin, ne peut vraiment pas nier... mais dit lâchement que ce qui se passait avec les Juifs qu'il avait sélectionnés n'était plus de son ressort)...
Je viens de lire Volkenrath par exemple, plus que méprisable, déclarant qu'elle ne savait pas où on emmenait les femmes à l'issue des sélections, et que les prisonnières eux-mêmes l'ignoraient, ...
J'avais beau savoir cette attitude de lâcheté généralisée avant d'avoir ouvert ce livre, c'est particulièrement insupportable. Et je pense à la salle, aux survivants qui doivent écouter un Hössler ou une Grese prétendre avoir été des gens respectables au comportement convenable. J'imagine les accusés, debout dans le box, face à leurs victimes, osant d'aussi scandaleux mensonges...
Même les Britanniques qui constituent le tribunal ne réussissent pas parfois à retenir des mouvements d'humeur exprimant leur mépris devant l'évidence d'une telle litanie de mensonges.




La SS, prétendue race de seigneurs, en croyant se cacher derrière le masque d'un "je ne savais rien, je n'ai rien fait, je n'ai rien vu", montre à l'inverse au grand jour comment elle avait attiré dans les camps les personnalités les plus abjectes, n'ayant même pas le courage de la vérité, incapables de reconnaître et a fortiori d'assumer tant leurs actes que leurs convictions.
Je ne trouve pas les mots qu'il me faudrait pour exprimer l'ampleur de mon dégoût.

jeudi 5 juillet 2007

Ordre et désordre, compte et décompte.

Bloc-notes_du_d_sordre.jpg
Je parcours régulièrement le "bloc-notes du désordre" de Philippe de Jonckheere. Hier il a posté un intéressant texte de réaction après avoir visité l'exposition actuelle du Mémorial de la Shoah.
Son paragraphe de conclusion est le suivant : "Je ne parviens pas à comprendre ce que l'on cherche aujourd'hui en déterrant ces fosses, en mettant à jour les squelettes de ces hommes et femmes tués, et dont je ne pense pas que quiconque, même de très proche, demanderait aujourd'hui qu'on lui rende le coprs de ses tués. Est-ce que ce n'est pas là injurieux que de tenter de s'approcher encore d'eux."

Cette fin du texte n'a pas manqué de me donner envie de réagir parce que je ne partage pas du tout ce point de vue. J'ai posté une réponse pour exprimer mon ressenti qui est donc tout autre, je vous en fais part ici :
Ce que l'on appelle désormais "la Shoah par balles" a finalement été (trop) peu étudiée par les historiens (notamment parce que son ampleur avait largement été sous-estimée) et ce travail n'est véritablement engagé que maintenant. Il n'est jamais trop tard... d'autant qu'il reste quelques survivants pour témoigner de ce qu'ils ont vu, donner des emplacements de charniers jusqu'alors inconnus, ...
En fait ces (tardives) recherches et exhumations ne visent pas à "rendre des corps" mais à rendre compte au monde d'une réalité, à donner accès à la vérité. Quand je dis "compte", il s'agit aussi du nombre de tués qui est bien supérieur à ce que l'on avait communément admis jusqu'alors... et qui ne se fondait pas sur les preuves concrètes et irréfutables que sont ces squelettes.
Enfin, il n'y a pour moi rien d'injurieux, et je ressens précisément l'inverse : outre la quête de vérité, il s'agit aussi d'une reconnaissance. Celle du meurtre (de l'abattage en série !) de ces hommes, ces femmes et ces enfants. Ces exterminations dans ces fosses communes qu'on leur faisait creuser avant de les y abattre étaient plus qu'injurieuses, à l'inverse le travail mené aujourd'hui est pour moi une marque de respect au travers de la volonté de connaissance.

Lien vers le site "Yahad in Unum"

lundi 25 juin 2007

Albert Cohen s'est trompé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA         Je ne doute pas que vous soyez comme moi... ce style inimitable d'Albert Cohen, élégant, fin et drôle est un plaisir sans cesse renouvelé...

Je suis pourtant navrée de vous le dire sans détour, il s'est trompé ! En effet, il a écrit : "Ce qui est laid, c'est que sur cette terre il ne suffise pas d'être tendre et naïf pour être accueilli à bras ouverts".

Ce week end m'a montré que, même si cette sentence est bien souvent vérité, il y a de très belles exceptions. Comprenne qui pourra.

vendredi 22 juin 2007

Mé kissé ce site ?

Visiblement la question se pose pour beaucoup d'entre vous, de savoir qui est derrière "Sonderkommando.info" et comment ça fonctionne, puisque vous êtes nombreux à me poser la question par mail. Je pensais m'être suffisamment présentée sur le site, mais il semble que non, alors voilà un petit post de complément.

Je travaille seule quant aux recherches et à la rédaction de tous les textes que vous pouvez lire sur ce site. Je rédige également les réponses à vos messages sur le livre d'or du site, les "posts" sur le présent blog, les mails de réponse que je vous envoie (je suis la seule destinataire des mails que vous écrivez par le biais du site).
Tout cela est une raison supplémentaire (outre celui du temps des recherches proprement dites) qui explique pourquoi les nouvelles pages n'arrivent pas toujours très vite.

En outre -last but not least- mon compagnon s'est mis à ma disposition pour tout ce qui relève du domaine informatique lorsque ce sont des choses que je ne sais pas faire (et que je ne veux pas prendre de temps d'apprendre). C'est à lui aussi que nous devons l'existence de ce site puisqu'il m'a convaincu de le mettre en place au lieu d'accumuler les documents et notes à la maison sans qu'elles soient utiles à personne d'autre que moi.
Il est par ailleurs un excellent photographe : il suffit de voir les images du site (lorsqu'elles ne sont pas d'archives) pour s'en convaincre.
Il est aussi quelqu'un qui me soutient et m'encourage quand j'ai des "coups de mou" devant l'ampleur du travail et qui s'oppose à ma tendance naturelle à l'auto-dévalorisation. Il est enfin celui qui supporte que je lui fasse part de ce que je découvre, de mes doutes, de mes interrogations, de mes hypothèses... en m'écoutant avec bienveillance.

Et pour finir, non, je ne suis pas rémunérée pour ces recherches. Je travaille "en autonomie", le soir (je devrais dire la nuit : quand les enfants n'ont plus besoin de moi et que la maison est en état acceptable) et durant mes vacances. Donc oui, j'achète les livres, les billets pour aller à Auschwitz ou le reste sur mon salaire de prof.

Voilà, cette fois je crois que je vous ai tout dit ! 155.png

mercredi 13 juin 2007

Toujours des livres... !

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA Ce n'est pourtant pas que je manque de documents à dépouiller, mais je viens de faire l'achat de deux nouveaux ouvrages et j'en suis réjouie !

D'une part, j'ai enfin trouvé le livre du procès de Belsen à un prix acceptable. Depuis le temps que je le cherchais ! L'ouvrage doit quitter aujourd'hui même sa librairie... en Ontario ! Le libraire, charmant, m'a assuré l'avoir emballé avec moult précautions pour son retour vers l'Europe.
Je vais donc pouvoir terminer les pages en cours (sous-rubrique "Procès de Lüneburg").

D'autre part j'ai aussi trouvé un ouvrage dont j'ignorais totalement l'existence : le recueil du témoignage de M. Benjamin A. SAMUELSON. Je n'avais encore jamais rencontré cette information concernant un ancien membre de SK portant ce nom. La véracité de son témoignage étant attestée par M. BERENBAUM (sauf erreur de ma part, ancien président de la Shoah Visual Foundation et du Holocaust Memorial Museum), j'ai commandé ce livre. Quelqu'un parmi vous a-t-il des informations à ce propos ? Dans ce cas, n'hésitez pas à cliquer sur la petite bulle "commentaire" ci-dessous pour laisser des informations !

dimanche 10 juin 2007

Juin dans toutes les langues !

Bonnes nouvelles : les différentes traductions des pages d'accueil et d'introduction du site sont désormais complètes !

Accueil_drapeaux_langues_site.jpg Entendre par là que j'ai enfin le plaisir d'annoncer les traductions dans les deux langues qui manquaient encore (et qui pourtant étaient peut-être celles qui me tenaient le plus à coeur). En effet :
- la fin mai a vu arriver les pages en Tchèque dont la traduction a été assurée par Melle Lucie Šafránková grâce à une chaîne amicale dont je remercie à nouveau chaque protagoniste
- le début juin a été marqué par la mise en ligne des traductions en Hébreu assurées par Mme Orly Bond. Je les dois aussi à la ténacité d'Alexandre Oler : qu'il en soit chaleureusement remercié ici une fois encore !

mercredi 16 mai 2007

Concours 2007... et 2008

Bravo aux élèves avec lesquels j'ai travaillé à la préparation du "Concours de la Résistance et de la Déportation" dont le thème cette année était "Le travail dans l'univers concentrationnaire". On vient de me communiquer vos notes qui sont tout à fait honorables pour le moins (et que je tiens à votre disposition). J'ai apprécié cet intéressant travail en votre compagnie, j'espère que ce fut le cas pour vous aussi.

Le thème pour l'an prochain : "L’aide aux personnes persécutées et pourchassées en France pendant la seconde guerre mondiale : une forme de résistance".

mardi 15 mai 2007

Georges Didi-Huberman. Malgré tout.

Photo SK 1 Je suis entrain de lire son livre Images malgré tout qui propose une étude des quatre photos prises par les SK en été 44.

J'avais lu le témoignage d'Alter Fajnzylberg expliquant comment cet appareil lui avait été transmis par David Szmulewski (alors Blockschreiber au B II d et auquel il a ensuite remis la pellicule avant d'enterrer l'appareil auprès du K V), comment il s'est avéré y rester quatre clichés, pris par un membre du SK sachant manipuler l'appareil, un Juif Grec prénommé Aleks, alors que d'autres (Shlomo et Abraham Dragon notamment) faisaient le guet durant la prise de vue, ...

Mais les conditions de la prise de vue sont ici secondaires -en dehors du fait, non négligeable évidemment, que tous les participants s'exposaient à d'épouvantables représailles, et on sait comment certains officiers SS ont excellé dans l'art de la torture destinée à "faire exemple" devant l'ensemble des membres du SK. Ce qui est précieux dans cet ouvrage, c'est la réflexion brillante et argumentée de l'auteur sur ces images qui sont un "malgré tout" de l'Histoire en tant qu'acte de résistance héroïque, et un "malgré tout" de la pensée de "l'inimaginable".

Photo SK 3 Un véritable plaisir de lecture. Je me rends bien compte que c'est aussi que j'y retrouve certaines de mes convictions (sur les effets de ces notions d'indicible ou d'inimaginable de la Shoah par exemple), mais ce n'est pas seulement l'effet miroir qui m'enthousiasme. Georges Didi Huberman nous invite, au travers de ces quatre photos, à interroger le rapport à l'image en général, mais surtout le rapport à l'image concernant la Shoah en particulier, le rapport de l'historien à l'image et au document en général, ... Il me semble qu'il y a réellement là un écrit d'intellectuel au plus noble sens du terme : une réflexion de fond, utile et riche.

Mais hélas, hélas, lorsqu'il évoque les nombreux manuscrits enterrés jamais cherchés, subitement plus rien de sa volonté d'interroger dans le détail chaque élément. Il se contente de cette pseudo-réponse déjà tant de fois entendue :"les paysans polonais (...) ont dévasté le camp et détruit tout ce qui ne leur semblait pas précieux". Elle est certes juste mais néanmoins irrecevable, parce qu'elle est insuffisante. C'est un paravent derrière lequel se cacher pour ne pas interroger la constance de la non-recherche de tous ces manuscrits, de 45 à nos jours (et des moyens techniques permettraient désormais des méthodes moins invasives que de retourner cette terre). Oui, il fallait chercher malgré tout. Oui, aujourd'hui encore, malgré tout, il faut chercher.

''Images malgré tout'' . - Editions de Minuit

lundi 14 mai 2007

Richard Prasquier

Le président du Comité Yad Vashem France vient d'être élu pour trois ans président du CRIF (Conseil représentatif des institutions Juives de France, crée en 1943). Roger Cukierman ne se représentait pas.

mardi 8 mai 2007

Nous sommes le 8 mai 2007.

Couverture du Kalendarium Plusieurs fois dans la journée j'ai eu à écrire la date, plusieurs fois il m'a fallu retenir mon stylo d'écrire "8 mai 45".

J'avais sur le bureau le "Kalendarium" de Danuta Czech, ce livre doit bien peser deux kilos. Mon fils, qui ne l'avait pas encore vu, en a été effrayé et a spontanément lâché quelque chose comme "ça ne s'arrange pas !"...

Je viens de terminer les mémoires de Daniel Bennahmias, Juif Grec qui fut membre du SK, écrites par Rebecca Fromer, aussitôt je commence le "Images malgré tout" de Georges Didi Huberman...

Et puis, tout de même, je me décide à lacher les livres et le site pour, exceptionnellement, me mettre devant la télévision au hasard (ne la regardant pas je n'ai pas de programme) et la 2 propose "Le Triporteur de Belleville" avec Romane Bohringer et Loran Deutsch...



Suis-je pour autant hors de l'actuelle réalité ? Bien sûr il m'arrive de m'interroger moi aussi sur la place considérable que ces sujets prennent dans ma vie. Il n'empêche, je scrute aussi l'état du monde, je regarde par exemple les évolutions (?) politiques en Pologne sous le régime des "jumeaux", et puis je regarde la France au fond des yeux lorsqu'elle suit les présidentielles. J'écoute le représentant Européen de la Pologne dire que les Kaczynski sont heureux de l'élection de N. Sarkozy. Il est vraisemblable que ma consternation -pour le moins- ira aisément d'une raison à une autre durant les cinq ans qui viennent.

Mais c'est la France qui a choisi un petit homme colérique, je n'ai qu'à m'incliner. Qu'on ne me demande pas de le faire avec déférence.

dimanche 29 avril 2007

Abraham

Abraham & Shlomo 1947 - Archives d'Auschwitz



J'ai appris ce matin la mort d'Abraham Dragon.

Journée bien triste, accompagnée de l'image des deux frères.

Abraham & Shlomo, affectés ensemble au Sonderkommando.
Shlomo & Abraham aux numéros qui se suivaient, qui ne se sont plus jamais séparés.







Abraham & Shlomo - 1947 - APMO (Archives d'Auschwitz)

dimanche 22 avril 2007

Dimanche

Alexandre Oler nous a fait l'honneur de sa visite. C'était un plaisir que de partager ce repas, ces discussions... et ce goût pour les gestes symboliques.

mardi 10 avril 2007

De la honte... seconde partie

J'échangeais récemment autour de ces thèmes et j'exposais le ressenti suivant : l'individu qui dénonce son voisin à la Gestapo en tant que Juif est définitivement méprisable, mais on sait hélas que l'humain est aussi capable du pire. En revanche, celui qui représente le pays, qui est policier ou gendarme ("dépositaire de l'autorité publique"), devrait être porté par une image de la France qui lui interdise d'officier avec la Gestapo, de participer à la rafle du Vel d'hiv', d'intervenir à Drancy, de fermer la porte d'un wagon à bestiaux sur des familles entassées, ...
A ma connaissance, un seul conducteur de locomotive français a refusé de conduire un train en partance pour les camps. Un seul... est-ce possible ? Ai-je une image de ce pays complètement naïve ? tout à fait utopique ?

mercredi 4 avril 2007

De la honte... première partie

__Fichier_juif___Photo_N._Darbellay_-_Site_du_M_morial_.jpgLa première fois où je suis allée au Mémorial de la Shoah à Paris, dans les nouveaux locaux de la rue G. L'Asnier, je suis entrée dans cette petite pièce rectangulaire en sous-sol, près de la Crypte, où sont stockés les fichiers français de la population Juive en France. Ces fiches sur lesquelles l'écriture d'un état civil était une condamnation à mort. J'étais comme statufiée, dos collé au mur, face à toutes ces fiches, ces hommes, ces femmes, ces enfants... ces familles entières...
J'ai éprouvé une honte considérable, comme jamais sans doute. Des mains de responsables français avaient rempli ces fiches. La Préfecture de Police française.
Je reste perplexe devant la puissance du ressenti lié à la présence des objets-fiches. Bien entendu, je ne découvrais rien du point de vue de l'Histoire, mais je constatais que la présence physique du témoignage d'artefacts engendrait une violente réaction physique, de même que l'étude intellectuelle de ces sujets engendre des réponses intellectualisées...
Il est heureusement rare que j'aie autant honte d'être Française. Je ne vais plus au Mémorial sans une minute de silence dans cette pièce.

Photo de Nathalie Darbellay sur le site du Mémorial

mardi 3 avril 2007

Isolement...

Je rêve d'être contactée par quelqu'un qui me dirait "je travaille sur le même sujet, bien que pas sous le même angle, je serais ravi(e) que nous puissions communiquer" ... Je rêve d'échanger des découvertes, des interrogations... au lieu de les garder pour moi... ou de saouler mon entourage ! :-)

lundi 2 avril 2007

Le livre d'Abraham André Balbin

Ouvrage_A._Balbin_.jpgNuméro 41 796, André Balbin est revenu d'Auschwitz où il était passé dans le SK. Il a trouvé force et courage d'écrire son autobiographie en 1989. Je la cherchais de tous côtés, sans résultat, et depuis des mois... et puis voilà que ce livre est apparu sur e-bay ! J'en suis devenue hier la nouvelle propriétaire (quel stress cet achat ! je n'ose pas imaginer, si je n'avais pas remporté l'enchère...).

J'ai de suite fait un mail à l'actuelle propriétaire de l'ouvrage pour lui dire l'importance de ce livre pour moi. J'ai reçu en retour un fort gentil mail dans lequel elle me dit notamment "j'ai eu l'honneur de rencontrer M. André Balbin (...) j'avais un profond respect..." Merci Valérie.

Voilà, rien de plus, j'avais juste envie de vous faire partager ce joli moment. Un blog n'est-il pas là aussi pour ça ?

dimanche 25 mars 2007

Traductrices, traducteurs !

OLYMPUS DIGITAL CAMERAQuelqu'un parmi vous aurait-il compétence à traduire les pages d'accueil et d'introduction de mon site en Tchèque et en Hébreu, voire en Yiddish ?

samedi 24 mars 2007

Bienvenue !

Pourquoi un blog alors qu'il y a déjà un contact mail et un livre d'or sur le site ?
Il me semble que les mails sont adaptés aux échanges personnels, que le livre d'or est adapté à une réaction sur l'instant, mais que rien ne permet de déposer des textes un peu longs susceptibles d'être débattus. Voilà la première raison.
La deuxième, c'est qu'il me semble que certains échanges que nous avons actuellement par mail mériteraient d'être proposés à la réflexion de tous, parce qu'ils sont susceptibles d'intéresser d'autres personnes que les deux protagonistes.
La dernière raison enfin, c'est que ma rubrique "dernières mises à jour" sur la page d'accueil m'oblige à une concision qui ne correspond pas toujours à ce que je souhaiterais possible. Ce blog sera donc également un moyen pour moi de m'adresser à vous de manière plus extensive.
Il ne reste plus qu'à voir ce qu'il en sera dans les faits...

page 8 de 8 -