Retour au site




Accueil

samedi 30 juillet 2011

6ème colloque de Lacaune - 17 et 18 septembre 2011

Colloque_Lacaune_2011 Pour ceux qui pourront se rendre à Lacaune (département du Tarn), deux jours fort intéressants, en particulier pour les enseignants, avec de nombreux participants et cinq tables rondes destinées à réfléchir à tous les aspects des "voyages de mémoire" ( programme et informations sur le site des "AJL" en cliquant ici).

Outre les conférences proposées par divers intervenants, les tables rondes sont réparties sur l'ensemble du week end.
En voici les thèmes :
- Samedi 11h : Les voyages de mémoire : historique et état des lieux en France et dans divers pays européens.
- Samedi 14h : Les voyages de mémoire : dans quelles conditions ?
- Samedi 16h : Les voyages de mémoire : quelles modalités de préparation ?
- Dimanche 10h : Pendant les voyages de mémoire : organisation, encadrement, comportements.
- Dimanche 14h : Travaux de recherche : après les voyages de mémoire : quels effets, pour quels bénéfices et avec quelles difficultés ?

mercredi 13 juillet 2011

Un 13 juillet, des 13 juillet...

Père_et_fils_avant
Bonjour à tous, en ce 13 juillet où nous sommes un certain nombre à penser à Alexandre avec une émotion particulière, plus que d’autres jours où pourtant il nous manque tout autant. Aujourd'hui, c'est -ce devrait être- son anniversaire.

Ce 13 juillet qui m’évoque celui de l’an dernier où Sergey me disait qu’il serait à Moscou et heureux de me rencontrer lorsque je m’y rendrai en août. Mais les incendies de tourbières, la canicule et les risques radioactifs annoncés sur le site du Ministère des Affaires étrangères nous ont fait annuler le rêve moscovite. Je reste dans l’inquiétude de n’avoir plus eu aucune nouvelle de Sergey depuis…

Ce 13 juillet aussi parce que les aspects matériels de mon prochain séjour en Pologne achèvent de se mettre en place avec les derniers contacts, les dernières réservations. C’est donc vous dire aussi que, malgré l’immobilité apparente du site, mon travail continue. Si aucune nouvelle page n’est mise en ligne, pour autant des compléments apparaissent sur certaines autres (livres et films de la médiagraphie, biographies de SS, …)
Une évolution importante est aussi prévue pour le site vers une nouvelle forme (logicielle) qui permettrait d’inclure une version bilingue (anglais) mais le site est déjà tellement volumineux que cela représente un travail énorme.

Pour terminer, quelques liens qui me semblent intéressants. Les premiers concernent le procès d’Eichmann :
- Celui-ci émane de Yad Vashem et propose les différentes sessions filmées du procès : cliquer ici dont vous pouvez retrouver des détails, quant au contenu, sur le site à partir de la page de présentation en cliquant là.
- Cet autre lien renvoie à un documentaire de D. Setton et R. Frank de 1994 intitulé ‘Eichmann, le fugitif nazi’. Il est découpé en sept parties d’un quart d’heure et détaille la traque et la capture. (Pour plus de détails, je l’ai chroniqué sur la médiagraphie du site : à voir ici) )

Enfin je vous propose un document relatant le travail universitaire (thèse de doctorat) d’un étudiant belge, Geoffrey GRANDJEAN, sur les connaissances des jeunes concernant le génocide des Juifs d’Europe, travail qui suscite réflexion et pose d’importantes questions.

samedi 16 avril 2011

Rafał Betlejewski : Tęsknię za Tobą, Żydzie !

Rafał Betlejewski est un artiste né à Gdansk en 1969, d'abord connu en Pologne pour ses activités dans le domaine de la publicité. Il s'est orienté vers des performances diverses, souvent sur le registre de la provocation (cathartique ?)
Dans certains cas, j'ai des difficultés à adhérer à ses choix, tel celui de "l'évènement expiatoire" (l'incendie symbolique d'une grange) mis en place à Jedwabne en juillet 2010 au lendemain de la commémoration du pogrom... mais ce qui est certain, c'est que ses actions font réagir.

Celle dont je viens parler ici aujourd'hui est intitulée "Tęsknię za Tobą, Żydzie" ce qui signifie "Tu me manques, Juif". Le principe concret de ce happening (au sens théâtral du terme : sollicitant la participation et l'improvisation) est double. La première intervention est la peinture de cette phrase, par l'artiste, sur certains murs de villes polonaises, puis la photographie de ce mur. La seconde est la photographie en des lieux spécifiques d'une chaise vide (sur laquelle sont symboliquement posées le plus souvent une peau de mouton et une kippa) autour de laquelle se tiennent des habitants du lieu, déplorant l'absence de la population juive de leur quartier, exterminée dans les camps.
J'ai parlé de happening parce que Rafał Betlejewski suggère à tous ceux qui le souhaitent de faire leurs propres bombages de la phrase et/ou leur propre installation de la chaise vide entourée de Polonais contemporains puis, dans tous les cas, d'en prendre une photo et la lui transmettre.

Les objectifs poursuivis par l'artiste -et annoncés dans son site, voir sous la photo- sont d'une part le refus de laisser le mot "Juif" en pâture aux antisémites de son pays, mais aussi permettre et encourager l'expression de sentiments positifs.

Rafał_Betlejewski_Tęsknię_za_Tobą_Żydzie
Je me suis permis de capturer cette photo sur le site de Rafał Betlejewski consacré à ce happening (la colonne de droite, où figurent les noms des villes où des images ont été prises, permet d'accéder aux photos et souvent à des textes écrits par les personnes qui les ont faites et souhaitaient expliciter leur choix).
Cette photo-là, malgré son côté "officiel" me tient peut-être plus à cœur que d'autres parce que prise à Lodz (pour en savoir plus sur Lodz cliquer ici)

mardi 12 avril 2011

Jan Gross "Une Moisson d'or" : Esej porusza tematy drażliwe i bolesne

Jan_Gross_moisson_d_or_zlote_zniwaLe nouveau livre de Jan Gross (Złote żniwa) semble faire couler beaucoup d'encre en Pologne.

L'auteur, né à Varsovie en 1947 et vivant désormais aux États-Unis, étudie livre après livre les différents aspects des relations entre "Juifs de Pologne" et Polonais, donc travaille sur les questions liées à l'antisémitisme en Pologne et ses manifestations. Inévitablement, ce nouvel essai "soulève des sujets sensibles et douloureux" (traduction du titre du présent post)...

Le premier de ses livres à avoir eu un retentissement considérable en Pologne s'intitulait Les Voisins. Paru en 2001 (en France en 2002 aux Ed. Fayard), il s'agissait d'une étude sur ce qui s'est passé à Jedwabne où, en juillet 41, ce sont des Polonais qui ont enfermé des centaines d'habitants Juifs de la ville dans une étable à laquelle ils ont mis le feu. A sa parution, l'ouvrage a stupéfait la Pologne. Il a suscité d'importants débats, tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif. "Ceux qui savaient" n'ont pas pu continuer à faire semblant d'avoir oublié, "ceux qui ne savaient pas" se sont sentis couverts de honte, mais tous les gens "honnêtes" (au sens des Lumières) ont fait face à la réalité de ce passé. Les spécialistes des relations judéo-polonaises semblent s'accorder à dire que cet ouvrage permit d'ouvrir la brèche et de commencer à découvrir -pour le grand public- et à étudier ces questions.

Le deuxième livre de Jan Gross à avoir fait couler beaucoup d'encre, La Peur, est sorti en 2006 aux États-Unis (2008 en Pologne, 2010 en France chez Calman-Lévy). Il évoquait cette fois des actes antisémites de l'immédiat après guerre, collectifs comme à Kielce en juillet 46, ou isolés (le meurtre de survivants des camps rentrant chez eux et voulant retrouver leurs biens). Ce fut de nouveau un choc.

Aujourd'hui paraît cette Moisson d'or (janvier 2011 en Pologne, prévu ce mois-ci en anglais, pas de date de parution en français dans l'immédiat... ceci est un appel du pied à l'extraordinaire P.E. Dauzat). Il s'agit en particulier des fouilles sauvages faites par les habitants des environs de Treblinka dans le sol autour du camp. Au milieu des restes des fosses communes, se trouvaient encore quantité d'objets de valeur, or et pierres précieuses en particulier, ayant appartenu aux Juifs gazés dans le camp. Les lecteurs de la Gazeta Wyborcza ont pu lire en janvier 2008 un article détaillé et solidement informé (mais également assez insoutenable) évoquant cette "ruée vers l'or" qui a succédé aux trafics avec les gardes Ukrainiens durant l'existence du camp. Ruée qui a duré des années après la suppression du camp et a même fini par voir la constitution d'une maffia armée organisant les fouilles.
Jan Gross a mené son enquête en partant d'une photo de l'époque, parue dans l'article de la Gazeta cité précédemment, montrant des personnes qui posent, avec, alignés devant eux, des crânes et autres ossements humains. En Europe de l'Ouest, la chose est connue, d'autant qu'elle s'est produite (à moindre échelle) autour de chaque camp d'extermination. La Pologne semble la (re)découvrir ou en découvrir l'effrayante ampleur et, pour une petite partie des Polonais, auditeurs de Radio Maryja en tête, la refuser.

Pour qui veut en savoir davantage sur le sujet, deux liens :
l'un vers le site "my europe"
l'autre vers "le petit journal" (des français et francophones à l'étranger).

mardi 8 février 2011

1er février 2011 - Contre le racisme et contre le négationnisme - A l'initiative du "Projet Aladin" et de l'UNESCO

Le premier février, une délégation représentant les trois grandes religions monothéistes s'est rendue à Auschwitz. Il s'agissait de 200 personnalités du monde entier, dirigeants et représentants du Moyen Orient, de l’Afrique, des Etats-Unis et de l’Europe, venues de 40 pays différents.

France Culture -parmi d'autres- s'en est fait le relais au travers d'une présentation très courte mais qui va à l'essentiel : cliquez ici pour y accéder et l'écouter.
Quant au "projet Aladin" (présenté à sa création, à la date du 29 mars 2009 sur le présent blog) dont Madame Anne-Marie Revcolevschi est la Présidente, vous en trouverez le site en lien ici.
Pour terminer, voici le lien vers la présentation de l'UNESCO.

vendredi 4 février 2011

Toulouse et culture, Christian Ingrao et Enzo Traverso

Ombres Blanches Toulouse histoire nazisme Un billet "spécial Toulouse", une fois n'est pas coutume, pour signaler deux rencontres qui auront lieu à la librairie Ombres Blanches de la ville.

Cette (excellente) librairie invite de très nombreux auteurs au fil de l'année, il me semble utile d'en évoquer deux en particulier pour ces prochains jours.

Le mercredi 09 ce sera Christian INGRAO pour l'ouvrage Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS, une recherche sur ces jeunes hommes à l'accession au pouvoir de Hitler, élites universitaires allemandes, qui ont choisi de mettre leurs savoirs et compétences au service du nazisme et de ses projets.

Le lundi 14 ce sera Enzo TRAVERSO pour L'Histoire comme champ de bataille : interpréter les violences du XXè siècle qui interroge le regard de l'historien et le croise avec celui de l'homme engagé, fil rouge d'une œuvre toujours riche et accessible.

dimanche 30 janvier 2011

Commémoration du 27 janvier 1945

Au Bundestag, le Parlement allemand, comme chaque année depuis 1966, a eu lieu la cérémonie de commémoration de la libération des camps : voir l'article du CIDAL (Centre d'Information et de Documentation sur l'Allemagne).

Topf.jpg A l'occasion de cette commémoration annuelle, a été inauguré un nouveau musée sur les lieux et dans les bâtiments de l'entreprise "Topf & Söhne", dans la ville d'Erfurt, entreprise fabriquant des fours de crémation. Ils se sont largement investis dans la construction de fours multiples ou "à plusieurs moufles" (permettant la crémation de nombreux corps à la fois) ceux d'Auschwitz notamment, particulièrement en la personne de Kurt Prüfer. Dans cette entreprise ont également travaillé des prisonniers...

Pour des infos complémentaires sur l'entreprise Topf, voir aussi la page du site qui l'évoque (cliquer ici).

lundi 8 novembre 2010

Jeunes policiers et Mémorial de la Shoah

Grades police Comme vous le savez sans doute si vous me lisez souvent, lorsque j'ai des vacances, un jour férié allongeant le week end, ou autre temps libéré, je plonge dans les recherches. Ce week-end du 1er novembre j'étais à Paris. Les gens du Mémorial me voyaient arriver le matin à l'ouverture et repartir en fin de journée à la fermeture. Mais...
... je reste une grosse fumeuse. Toutes les deux heures je m'interromps et vais à l'extérieur me remonter le taux de nicotine. Lors d'une de ces pauses, au sortir de l'ascenseur (les archives sont au 4è et j'avoue ne pas toujours prendre les escaliers), je vois une troupe de policiers en tenue se déplaçant "en désordre" dans le hall.
Je laisse passer tous ces hommes et femmes, perplexe, puis demande ce qui se passe à l'une des personnes de l'accueil : ils viennent pour une sorte de stage. Il s'agit de les informer sur le rôle qu'a joué la police sous Vichy. L'objectif est de réfléchir à la notion de devoir et d'obéissance. (A l'occasion, quelqu'un peut-il confirmer ou infirmer l'assertion selon laquelle "la police nationale" a été créée par le Gouvernement de Vichy en remplacement des "brigades mobiles" ?)"
Toutes ces jeunes recrues de la police parisienne vont donc s'interroger sur le devoir moral que peut être un refus d'obéir aux ordres. Chacun sans doute, dans l'absolu, trouvera cette idée judicieuse.
Mais quand demain, sur ordre du Ministère, ils devront prendre pour poste la surveillance d'un centre de rétention dans lequel ils verront entrer hommes, femmes et enfants ?
Mais quand demain on demandera à l'un d'eux d'emmener manu militari un jeune homme dans un vol charter ? Que penseront-ils lorsque cet homme hurlera qu'il ne connaît même pas ce pays où on l'emmène ? Que ses enfants sont en France ?
Mais quand demain ces hommes et femmes de la "force publique" devront se rendre sur un terrain occupé par des Roms afin de les en déloger ?

Où sont les limites de leur devoir d'assurer "la sécurité et la paix publiques" ?

Article Ligue des droits de l'homme
Article Rebel-lyon.info

vendredi 17 septembre 2010

Journées du patrimoine - Camp de Rivesaltes

camp_Rivesaltes_patrimoine_2010
A l'occasion des journées du patrimoine (samedi 18 et dimanche 19 septembre) diverses manifestations ont lieu au camp de Rivesaltes (ilôt F). Dans ce camp furent enfermés des Républicains Espagnols, des Tziganes (Sintis / Roms), des Juifs et après guerre des Harkis...

En attendant que je lui consacre une "page zoom" sur le site, vous pouvez avoir les premières informations qui concernent le camp de Rivesaltes avec le post qui évoque ce lieu sur le présent blog à la date du 15 avril 2008 (cliquer ici). Vous trouverez le programme officiel des activités de ces deux journées -d'où est tirée l'image du présent post- ( pdf en cliquant là).

jeudi 16 septembre 2010

"Our body" : posthume décision finale ?

Après les États-Unis, l'Angleterre et l'Espagne, l'exposition de Gunther Von Hagens intitulée "Our body" arrivait en France (voir le post de présentation du 23 juin 2008 sur le présent blog). Rien qu'à Paris, en février 2009, elle recevra 120.000 visiteurs. On pourra lire avec intérêt l'article paru le 1er mars 2004 dans le quotidien Libération concernant Gunther Liebchen - Von Hagens.

En France, le 21 avril 2009, le Juge des référés considère que cette exposition contrevient à la loi exigeant que les restes humains soient "traités avec respect, dignité et décence". Il signale en outre que la détention privée de restes humains est, elle aussi, illicite. Une semaine plus tard, le 30 avril, la Cour d'appel vient confirmer cette volonté d'interdiction en rappelant que l'exposition de cadavres à des fins commerciales est interdite.

L'interdiction d'une exposition sur le territoire français est un fait exceptionnel comme le fait remarquer la dépêche de l'AFP. La France est donc le premier pays qui interdit cette exposition... au bout de deux ans de procédures et de millions de visiteurs cumulés. Cela a-t-il encore beaucoup de sens ?

mardi 14 septembre 2010

Décidemment la saison du mauvais goût ?

Vu sur le journal Libération en ligne :


Je me demande toujours si des individus pareils méritent qu'on prenne le temps d'un post ou s'il ne vaudrait pas mieux ignorer leurs consternantes bassesses.

dimanche 12 septembre 2010

Le ghetto de Będzin

Bedzin_ghetto_reconstitution_2010_M. Karolczyk Mauvais goût toujours après le post de la semaine dernière ?
Je vous laisse juge...

Voilà ce qu'annonce l'AFP le 08 septembre (extraits) :
La ville de Bedzin, en Silésie, dans le sud de la Pologne, prépare une mise en scène à des fins éducatives de la liquidation par les nazis du ghetto juif de la ville en 1943, a annoncé la municipalité sur son site internet. (...)
"Y participeront quelque 200 personnes, principalement des adultes, des acteurs professionnels ainsi que des collégiens et lycéens de la ville, tous des volontaires", a expliqué à l'AFP l'organisateur du projet, Adam Szydlowski. (...)
"Il n'y aura pas de scènes violentes, ni (de scènes) d'exécutions", assure M. Szydlowski qui jouera lui-même le rôle d'un SS, alors que son fils de 7 ans incarnera un enfant juif. "Le but est d'enseigner l'histoire de notre ville, que les habitants connaissent peu", ajoute-il. (...)
La quasi-totalité des quelque 30.000 habitants juifs que comptait Bedzin avant la Seconde guerre mondiale périrent, essentiellement dans le camp de la mort d'Auschwitz-Birkenau, distant d'à peine une cinquantaine de kilomètres.

Article de l'AFP en ligne en cliquant ici.
Article "VIII DNI KULTURY ŻYDOWSKIEJ" (les huit jours de la culture juive) sur le site de la ville (en polonais) ici qui complète l'information en indiquant que diverses expositions et projections de documentaires sur le ghetto ont été également prévues. Le texte y explique d'une part que des survivants du ghetto ont participé à la mise en place de cette "reconstitution" afin qu'elle soit aussi fidèle que possible à la réalité (mais sans violence ?) et d'autre part que l'objectif des organisateurs est une volonté d'accompagner les jeunes à s'approprier l'histoire de leur ville avec empathie...
La "reconstitution" elle-même a eu lieu samedi 11. En est extraite la photo d'angle de ce post, due à M. Karolczyk.

lundi 6 septembre 2010

Uwe Boll, cinéaste, annonce un film sur Auschwitz

Uwe_Boll_film_Auschwitz Nul doute que l'annonce de la sortie de ce film va créer un "buzz" sur le net.
Uwe Boll est allemand. Il est né en 1965. Il a suivi un cursus universitaire en littérature si on en croit les infos disponibles sur le net à son sujet. Il est inconnu du grand public en France parce que ses films n'y sont jamais diffusés. Il est pourtant très prolifique en matière de cinéma et propose en général des interprétations personnelles basées sur des jeux vidéos. Globalement il est considéré comme réalisant de très mauvais films. Il répond à ces critiques en arguant que si ses films sont de mauvais goût c'est que ... la réalité est elle-même de très mauvais goût.
Il semble qu'après avoir longuement tourné de ces films dégoulinants de ketchup (mais je reconnais que je parle sans savoir, sans les avoir vus), une évolution de genre se fait jour. Il a ainsi sorti "Darfur" en 2009, certes contesté comme tous ses films précédents, mais qu'il revendique comme un appel au secours "alors qu'il est encore temps d'agir". (Pour les germanophones , interview à ce sujet en cliquant ici).
Aujourd'hui il annonce donc la sortie d'un film sur Auschwitz. Le teaser est particulièrement glauque (si vous y tenez, il est en lien ici). L'image qui illustre ce billet en en est extraite. Un SS (qu'il joue lui-même me semble-t-il) attend, devant la porte d'une chambre à gaz, où agonisent les victimes que l'on entend hurler, frapper... Nous voilà replongés dans les "a-t-on le droit de".
Auparavant, je propose de se demander pourquoi ce film, quel est son objectif ? A la vue de cette présentation que le réalisateur a choisi d'en proposer, j'ai juste envie de fermer la fenêtre avec dégoût. Cette impression d'étalage de morbidité gratuite où chaque plan est une erreur historique me semble surtout s'adresser à un public de voyeurs. Mais certains amateurs de Uwe Boll affirment que ce film se fonde sur le fait qu'il trouve insupportable la légèreté avec laquelle certains jeunes allemands aujourd'hui regardent le passé génocidaire de leur pays. Il s'agirait donc de les mettre en face d'une vérité sans fard, de créer un choc.
Peut-être cet argument est-il juste. Mais dans ce cas en est-on déjà là ? Est-ce la réponse à cette (hypothétique) situation ? Dans tous les cas, il va être difficile de me convaincre que le non-respect de la vérité historique puisse être acceptable, quel que soit le propos au service duquel on se place.
Bon, je vais tacher de trouver et regarder "Darfur" en attendant la sortie de "Auschwitz"...

samedi 4 septembre 2010

Amnon Weinstein, luthier et Shlomo Mintz, violoniste

A_Weinstein_S_Mintz_Auschwitz Un bel article dû à Ulysse et au quotidien Le Monde d'où est extraite cette illustration. Il s'agit d'une photo de l'atelier d'A. Weinstein.
Je vous engage tout simplement à lire cet article. Surtout si vous êtes violoniste, car nul doute alors que vous vous êtes déjà interrogé sur le devenir de tous ces violons qui sont arrivés dans les camps avec leurs instrumentistes.
Il suffit de cliquer sur ce lien pour en savoir davantage sur ces violons rescapés.

lundi 26 juillet 2010

Décès de Maxime Steinberg, historien de la Shoah et bien davantage

SONY DSC                       Son étude de l'histoire de la Shoah en Belgique et toutes ses activités menées par rapport à Auschwitz pourraient suffire à en faire un homme exceptionnel.
Mais cela ne lui suffisait pas. Il a également choisi de s'engager, notamment dans les domaines de l'éducation, de la réflexion sur la citoyenneté et sur la barbarie. On ne peut qu'être déférent et reconnaissant devant ce combat d'une vie pour l'Histoire, c'est à dire la connaissance des faits, la vérité et l'intelligence.

Ses amis de l'UPJB (Union des Progressistes Juifs de Belgique) écrivent : "Hostile à toute démagogie, Maxime fut autant généreux pédagogue pour les nouvelles générations qu'historien intraitable aux prises avec le pathos des mémoires. Militant des faits, rien que des faits, il nous lègue en héritage une passion indocile du vrai."

Mais je veux dire aussi sa disponibilité, son attention à autrui -et vous l'aurez compris, à moi-même- à laquelle il donnait toutes les apparences de l'évidence. Alors c'est avec cette même simplicité que vous m'avez offerte et permise que je viens ici vous dire adieu, Monsieur Maxime Steinberg, et merci. Merci pour vos encouragements et pour votre précieux soutien dans mes recherches.

C'est encore un Mensch qui disparaît ce lundi.
Maxime Steinberg le maître,
après la perte terrible d'Alexandre, l'ami solidaire de tous les instants.

Lien vers un article de la RTBF.

mardi 13 juillet 2010

Sam Braun, survivant d'Auschwitz, témoigne.

Voici la vidéo de son intervention devant une classe, mise en ligne avec des images d'époque (pas forcément bien choisies...) 
La qualité du témoignage, en revanche...

lundi 12 juillet 2010

Retour sur le vol à Auschwitz Stammlager de l'inscription "Arbeit macht frei". Chronologie.

Déplacement d'un post qui figurait initialement dans le livre d'or du site.

La dépêche AFP sur le site de la RTBF vendredi midi :
http://www.rtbf.be/info/monde/pologne/auschwitz-linscription-arbeit-macht-frei-volee-par-des-inconnus

Un article sous la plume de Philippe Bilger :
http://www.philippebilger.com/blog/2009/12/auschwitz-banalis%C3%A9.html

Info du lundi 21 décembre.
La police polonaise annonce que l'inscription du portail vient d'être retrouvée (dans la nuit de dimanche à lundi), coupée en trois morceaux. Cinq suspects ont été arrêtés qui seraient des repris de justice mais n'appartiendraient pas à des groupes néo-nazis.

31 décembre 2009 :
""On a envoyé au ministère suédois de la Justice une demande d'assistance judiciaire par courrier et par fax", a déclaré à l'AFP la porte-parole du parquet Boguslawa Marcinkowska. (...) le ministre polonais de la Justice Krzysztof Kwiatkowski s'est entretenu avec son homologue suédoise Beatrice Ask sur la coopération dans cette enquête. Selon les médias polonais, le nom du commanditaire du vol, qui vit en Suède, est déjà connu de la justice polonaise."

Jeudi 11 février :
Arrestation d'Anders Högström, 34 ans, ex leader du parti néonazi suédois. Dépêche AFP : http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hdDX_LjDGUtWVtRAW6dTS_z-hA_w
Trois polonais sont condamnés à des peines allant de un an et demi à deux ans et demi de prison, assorties d'amendes. Les deux autres polonais arrêtés sont en attente de jugement.

Vendredi 9 avril :
Högström est extradé vers la Pologne. Il est conduit à Varsovie puis Cracovie où il sera interrogé par le Parquet et placé en détention provisoire pour 15 jours.

Mi-avril :
Anders Högström est condamné à trois mois de détention provisoire.

Vendredi 02 juillet 2010.
Le Tribunal de Cracovie a ordonné jeudi 3 mois de détention provisoire supplémentaires (jusqu'au 09 septembre) pour Anders Högström qui, arrêté le 11 février dans la capitale suédoise, a été extradé en Pologne en avril. Le parquet de Cracovie prépare par ailleurs une demande aux autorités suédoises pour interroger en Suède trois autres personnes (dont l'identité n'est pas connue officiellement) en qualité de témoins dans cette affaire. Selon les médias polonais, l'un d'eux serait le commanditaire du vol.

jeudi 20 mai 2010

CNRD (Concours National de la Résistance et de la Déportation) sujet de 2011- Lycées et collèges

Fin de l'alternance, après un "sujet-Résistance" l'année scolaire dernière, ce sera de nouveau un "sujet-Résistance" cette année. En voici l'intitulé officiel :

« La répression de la Résistance en France par les autorités d'occupation et le régime de Vichy »

jeudi 6 mai 2010

Alexandre...

Alexandre Oler
Vous allez tellement me manquer.

mercredi 21 avril 2010

Auschwitz - Block 27

Auschwitz 1 - Block 27 Un accord vient d'être signé entre le Mémorial Yad Vashem de Jérusalem (par Avner Shalev) et le Musée d'Auschwitz à Oswiecim (par Piotr Cywinski) pour la réfection de l'exposition qui se tenait jusqu'alors dans le Block 27. Elle avait été conçue au départ sous l'appellation de "pavillon juif" (parmi 24 pavillons) puis fut fermée en 1967. Sa réouverture datait de 1978. Il a semblé nécessaire de remettre en forme cette exposition avec des moyens plus modernes et en tenant compte de l'évolution des connaissances permise par les recherches depuis cette date.
Lien cliquable vers les plans des camps d'Auschwitz 1 et de Birkenau avec photos et commentaires.

- page 3 de 8 -