Retour au site




Accueil

mardi 6 novembre 2012

Où est Charlie ?

Pologne_Charlie

       Cliquer sur la photo de Charlie. Bon voyage.

mardi 9 octobre 2012

Aurevoir, Shlomo. Je garde ton sourire...

Shlomo Veronique Le temps emporte un à un les survivants de Birkenau qui furent prisonniers d'un Sonderkommando. C'est de Shlomo Venezia que je relaie aujourd'hui l'annonce du décès. Il ne sera plus dans son petit magasin de Rome, il n'accompagnera plus de groupes à Birkenau pour leur faire percevoir le passé par sa parole...

J'ai une pensée particulièrement émue pour son épouse et ses fils, et pour ses proches et amis. Je pense à Laura, qui doit elle aussi avoir à faire avec ce vide cruel dans lequel on tombe quand la mort nous enlève un ami.

mardi 4 septembre 2012

Munkacs, Hongrie / Munkács, Magyarország

Munkacs_danse_1930 Ces derniers temps, je travaille plus spécifiquement sur la déportation des Juifs de Hongrie. A cette occasion, je trouve de nouvelles informations concernant le ghetto de Munkacs (Munkatsh / Minkatch / מונקאטש). Avant-guerre, la population de Munkacs était en majorité juive (la ville elle-même avait été alternativement hongroise puis quelques temps tchécoslovaque et de nouveau hongroise donc dans les années 40. Cette ville est aujourd'hui en Ukraine et compte à peine plus de 1% de Juifs).
A la fin du mois de mai 44, le ghetto de la ville était "judenrein" comme disaient les Nazis, vidé de sa population : tous avaient été déportés à Auschwitz-Birkenau. J'ai trouvé cette vidéo (dont est extraite la photo ci-dessus). Je viens la partager avec vous car je la trouve très émouvante. Il est bien sûr terrible de regarder ces images sachant le devenir de tous ces gens, et de ces enfants en particulier. Mais c'est aussi une respiration, que de dire ainsi "la vie d'avant", ses fêtes, ses chants et ses danses...

-> article de l'UHMM sur Munkacs
-> article de Yad Vashem sur le ghetto

lundi 3 septembre 2012

Les Roms en France

Circulaire_Roms_2012_08 Suis-je d'une naïveté tenace ou bien s'agit-il d'un lamentable manque d'information de ma part ?
A la fin août, passant devant une télévision allumée, j'entends évoquer la suppression d'une taxe que devaient payer les travailleurs Roms et leurs employeurs, seulement parce qu'ils étaient Roumains ou Bulgares, ainsi qu'une augmentation de la liste des métiers que les Roms sont autorisés à exercer. Je m'interroge avec une surprise consternée : dans quel pays osait-on encore de telles mesures discriminatoires ?
Le lendemain, tous les médias qui sont mes sources d'information évoquent la circulaire interministérielle qui sera entérinée ensuite, le 29 août.
En France. Le fameux "pays des Droits de l'Homme et du Citoyen".

lundi 2 juillet 2012

Miss Shoah ? No comment...

Lien cliquable vers l'article du Washington Post.

lundi 23 avril 2012

Du droit d'auteur, du site Babelio et de beaucoup d'autres

Babelio : je renvoyais vers ce site dans mon dernier post, à propos de la biographie de Jiri Weil. Ce soir je découvre que, pour présenter le livre de Shlomo Venezia, ils utilisent une photo de mon site, sans le citer bien entendu, mais après l'avoir recadrée afin d'en supprimer la mention d'appartenance. Je regrette d'avoir renvoyé vers un site de voleurs d'images.
J'en profite pour ne pas passer sous silence le fait que, lorsqu'ils écrivent : "Shlomo Venezia, après la libération, devint un des plus importants porte-paroles de l'Holocauste" c'est non seulement une superbe ânerie, mais elle prouve de surcroît qu'ils n'ont même pas lu le livre qu'ils chroniquent.
Après être passée par la recherche "Google images" je découvre qu'en fait, toute personne évoquant le livre de Shlomo est venue capturer sans états d'âme la photo qui lui plaisait sur le site, en a effacé la mention "sonderkommando.info" et est repartie tranquillement avec son larcin. Le fait est que le photographe qui a fait ces images les a prises avec son cœur et cela se voit : ce sont les plus belles du net ! Mais sous prétexte qu'internet offre une libre consultation, d'aucuns considèrent que cela donne la liberté de piller. Je sais bien que les informations mises en ligne sur mon site sont utilisées par d'autres dans des copiés-collés sans mention d'origine, et la chose est difficile à avaler dans la mesure où chaque page correspond à des heures de travail, à des voyages, à des achats d'archives...
Mais pire encore : des sites négationnistes se sont emparés eux aussi de ces images. Là, le photographe qui a pris ces photos a vu rouge... dès qu'il aura terminé l'ouvrage qu'il écrit actuellement, je sens que ça va être saignant...

Un lien vers un article concernant l'utilisation de photos sans consentement...

jeudi 19 avril 2012

Prague, littérature tchèque et Mendelssohn : que du bonheur !

Jiri_Weil_Mendelssohn Comment ne pas chroniquer ce très beau livre de Jiří Weil ! Peut-être connaissez-vous déjà cet auteur ? En ce qui me concerne, je viens seulement de le découvrir vraiment par le biais de ce roman... qu'il m'a d'ailleurs fallu un peu de constance pour trouver. Nul doute maintenant que je chercherai aussi ses romans précédents. Quel plaisir, cette écriture délicate, chaleureuse et pleine de retenue, lorsqu'elle évoque sa ville de Prague bien aimée !
Je ne peux que vous recommander, vous l'aurez compris, la lecture de ce "roman". Terme auquel j'inflige des guillemets, car la dimension documentaire de ce livre est indéniable, même si on est loin d'un ouvrage à valeur historique. Dans une première partie, vous y suivrez les vies de quelques personnes, qui s'entrecroisent de plus en plus douloureusement, oppresseurs et opprimés, SS et Juifs. Nous sommes à Prague en 42. La seconde partie se déroule au ghetto de Terezin. Elle est écrite de façon tout à fait différente et ne semblerait pas être rattachée au début du texte, si certains personnages ne s'y retrouvaient. La première partie est l'affreuse réalité de Prague sous la botte nazie, où la mort peut guetter à chaque pas. L'auteur emmène alors son lecteur dans la seconde, sous une plume qui se fait dure et sans couleur, un autre monde, qui n'a plus rien à voir avec la réalité du premier.

Mais connaissez-vous l'histoire (incroyablement) vraie qui donne son titre à cet ouvrage ? On croirait une histoire juive malicieusement inventée dans le "yiddishland" ! Elle est pourtant exacte : des SS avaient réclamé que soit déboulonnée la statue de ce Juif qu'est Mendelssohn, osant trôner sur le toit de l'Opéra de la ville. Faute de savoir reconnaître le visage de Mendelssohn, comment procéder ? Les sous-fifres SS qui doivent s'acquitter de la tâche ont une idée lumineuse, évidente, la propagande le leur a assez expliqué : le Juif, c'est celui qui a le nez le plus proéminent, bien entendu ! Et c'est ainsi que sera choisie pour le "déboulonnage" la statue de ... Wagner !

Vous trouverez ici une biographie de Jiří Weil : site Babelio.

Et puis... ne manquez pas d'écouter le concerto pour violon de Mendelssohn (Itzhak Perlman et Yo-Yo Ma, impérativement !)

mercredi 18 avril 2012

To offer and to lend : USHMM Washington and Auschwitz Muzeum

OLYMPUS DIGITAL CAMERA         Curieuse affaire à propos de laquelle j'ai lu divers articles ces derniers temps... elle pourrait s'intituler "un prêté pour un non-rendu" !
Si vous ne voyez pas de quoi il s'agit, je vous propose d'aller lire cet article sur le site du Courrier International qui récapitule l'ensemble des aspects de la question.

lundi 16 avril 2012

"Forom" à Toulouse... en toutes langues !

Forom_mai_2012_Toulouse Bel âge, pour le "Forom" qui fête ses 20 ans d'existence cette année ! C'est une fête plurielle, une fête des langues, plus de 10 fois 10 y seront représentées, dont le yiddish et le judéo-espagnol. Venez voir, écouter, partager. Ce sera joyeux et convivial sur la Place du Capitole ce dimanche 27 mai, avec des discussions dans toutes les musiques des mots du monde, des livres, de la calligraphie, des chansons, ... et tout ce que vous apporterez vous-mêmes ! Et si vous voulez être un véritable aficionado, il vous faudra venir dès le samedi soir pour la "Capitada"...
A bientôt !

mercredi 11 avril 2012

Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
2012 voit la réhabilitation du site de la gare de Bobigny d'où sont partis 21 trains, déportant plus de 22 500 personnes entre l'été 43 et l'été 44 (de juin 42 à juin 43, les trains des Juifs regroupés à Drancy ne partaient pas de Bobigny mais du Bourget).
Le guide est disponible ici.
Pour cette exposition, Martin Etienne a réalisé une affiche (voir ici). Un nom et un dessin qui en rappelleront sans doute d'autres aux toulousains...

Photo : Drancy en 2009 : le mémorial, le wagon souvenir au 2è plan et le bâtiment qui servait de lieu d'enfermement sur la droite de l'image.

mardi 10 avril 2012

Les footballeurs allemands à Auschwitz

L_Sagalovitsch_blog J'avais pensé faire un post sur ce sujet, et puis j'ai découvert celui-ci. Eblouissant ! Une écriture fluide au service d'une pensée qui ne l'est pas moins, avec juste ce qu'il faut de provocation mordante... provocation à la réflexion. Un régal d'intelligence. Inutile que je cherche à rédiger quelque chose qui sera forcément moins bon. Merci, Monsieur Sagalovitsch !

dimanche 18 mars 2012

Où passe le temps ?

Dachau_express_Marco_Valdo Je devrais mettre en ligne de nouvelles pages plus souvent et poster de nouveaux blogs avec plus de fréquence. Je devrais terminer la "nouvelle mouture" du site. Je devrais lire davantage pour que les ouvrages en attente ne s'accumulent pas ainsi. Je devrais...
Je rédigerais alors un post sur Livia Vajda, un autre sur le DVD "Auschwitz-Birkenau dans le processus génocidaire" de deux enseignants de Brest. Et il y aurait tant de livres dont il faudrait parler ! Celui d'A. Bikont sur Jedwabne hier et ses lourdes traces d'aujourd'hui, celui des mémoires de Z. Klukowki, ...

Image cliquable - Textes de Marco Valdo

J'aurais sans doute dû venir parler ici :
- de la sortie du livre de Florent Brayard,
- et bien entendu de celui de Ivan Jablonka que l'on peut par ailleurs entendre dans la 1ère des 4 émissions de France culture consacrées à la Pologne pendant la 2è guerre mondiale,
- peut-être également du livre à venir (merci à M.A.I. !) reprenant le témoignage de Maurice Benroubi
- et bien sûr, last but not least, de l'impressionnant MetaMaus...
Faute de parvenir à assurer sur mon temps libre, nuits et week end, tout ce que je voudrais, je vous propose juste ces pistes de liens et vous souhaite de bonnes recherches sur le net et d'intéressantes lectures.

vendredi 17 février 2012

Kazimierz Smoleń était le prisonnier 1327

SONY DSC                       "Kazimierz Smoleń, były więzień niemieckich obozów koncentracyjnych, współtwórca i długoletni dyrektor Państwowego Muzeum Auschwitz-Birkenau, zmarł w piątek w Oświęcimiu." (Kazimierz Smolen, ancien prisonnier des camps de concentration nazis, co-fondateur et directeur durant de nombreuses années du musée d'Auschwitz-Birkenau, est décédé vendredi à Auschwitz) annonce le site Jewish.org.pl dans l'introduction de son article.
Le lien vers l'hommage (en anglais) rendu par le Muzeum d'Auschwitz est ici.

Ce vendredi-là, nous étions le 27 janvier, le jour anniversaire de la libération du camp par les troupes Soviétiques.

lundi 13 février 2012

Vienne, le 27 janvier 2012

Aucune raison de s'étonner, me semble-t-il, lorsqu'on lit que l’extrême droite française va danser avec l’extrême droite autrichienne dans des réunions que l'on qualifiera avec modération de "peu recommandables". Derrière les propos posés et rassembleurs de la fille, je vous laisse juge de l'humour délicat dont nous gratifie toujours le père, lorsqu'il déclare à propos de ce bal interdit aux Juifs : "C'est Strauss sans Khan".
Pour parodier une formule célèbre : on peut certainement rire de tout, mais assurément pas avec n'importe qui.

samedi 21 janvier 2012

Film : Album(s) d’Auschwitz de B. Finger et W. Karel

Ce film documentaire croise les albums photo du SS Karl Höcker et celui dit "de Lili Jacob" (photographies de l'arrivée d'un convoi de Hongrie sur la rampe de Birkenau, prises par un SS, album trouvé par cette survivante). Ce documentaire sera diffusé sur France 2 mardi 24 janvier 2012.
Deux liens en rapport avec cette projection :
- l'un vers la présentation de ce film par la FMS (avec bande-annonce)
- l'autre vers l'évocation de l'album du SS K. Höcker sur le site (à l'époque de sa découverte, à l'automne 2007).

vendredi 20 janvier 2012

Le devenir de Raoul Wallenberg

SONY DSC
Saura-t-on un jour ce que cet homme, réputé avoir sauvé des milliers de Juifs de Hongrie, est devenu après 1945 ?

De nouvelles recherches sont engagées par la Suède.
A voir ici (site Associated Press)

Photo : archives personnelles : Mémorial Wallenberg dans le jardin de la Grande synagogue de Budapest (la plus vaste d'Europe).

dimanche 27 novembre 2011

"Dresser un enfant" : point Godwin

Child_Michael_Pearl Un article du Courrier International évoque un livre soupçonné d'induire au "mieux" de constants mauvais traitements, au pire des morts d'enfants. Cet article est effrayant. Ce livre est un scandale. [Lien ici]
Le "tube souple" n'évoque-t-il pas le "Gummi" d'Auschwitz ? et le pseudo lavage au tuyau d'arrosage, les prisonniers Soviétiques ?
Cet ouvrage a été traduit en espagnol. Il se trouve des éditeurs pour le publier. Il peut aussi être acheté en France. Il est des jours où je me réjouis du mauvais niveau général de mes compatriotes en langues étrangères. Je préfèrerais me réjouir d'un certain niveau d'intelligence et d'humanité.

mardi 6 septembre 2011

Le Coeur déchiré de Ben Lewis

Ce documentaire de 2010 retrace les principales étapes d'une une enquête menée par Ben Lewis. Il est sous-titré "Aux victimes Tziganes de l'Holocauste". Vous pouvez le voir samedi 10 septembre à 14h sur Arte et ici durant une semaine.
Le film dure moins d'une demi-heure. Il s'appuie sur la réalisation du mémorial de Berlin dédié à la mémoire des Tziganes (voir le post du 02 janvier 2009 sur le présent blog). Il évoque notamment les enjeux de mémoire entre Juifs et Tziganes, en rencontrant lieux et personnes clés : Dani Karavan qui réalise le mémorial, la Neue Wache de Berlin, la cité Otto Pankok et le musée qui lui est consacré à Düsseldorf -où Ben Lewis rencontre une femme Tzigane survivante, Heidelberg et le musée dont s'occupe Romani Rose, le Mémorial de Berlin et Lea Rosh, Natasha Winter à Cologne, Santino Spinelli en Italie.

vendredi 2 septembre 2011

Voyages en Pologne sur les lieux de l'extermination : quel est votre avis ?

Pologne_2011_Shoah En dehors de mes voyages à différentes reprises à Auschwitz-Birkenau, je suis allée à Dachau, puis à Majdanek et sur les traces du ghetto de Varsovie.
L'an dernier je suis allée notamment -cette fois avec le Mémorial de la Shoah que je remercie une fois encore- à Bełżec, Sobibór et Łódź.
Cette année, sur un séjour plus long, c'est à Treblinka, au Stutthof, à Chełmno et de nouveau à Auschwitz-Birkenau, Varsovie et Łódź que je me suis rendue.
Je ne voyage pas sans appareil photo (voire sans l'accompagnement d'un photographe pro...) pour autant je n'ai pas la disponibilité nécessaire pour écrire des pages détaillées qui seraient des études de fond de chacun de ces lieux. En outre, cela dépasserait mon sujet.
Que faire des informations, images et réflexions sur ces lieux de déportation et d'extermination ? J'ai rédigé des pages concernant Lodz pour le site, mais les "matériaux" continuent de s'accumuler et je tergiverse sur leur destination. Je finis par décider ce soir de vous demander votre avis. Si je rédige quelque chose à partir de tout cela, ce sera à votre intention : autant que ce soit un travail qui prenne en compte vos attentes ! Je viens donc vous demander votre avis afin d'éclairer ma décision... A vos claviers !

Décision (janvier 2012) : une sorte de "carnet de voyage en Pologne" est en cours, dans les pages annexes du site. La première étape déjà rédigée concerne Treblinka : à voir ici.

lundi 1 août 2011

Une fois n'est pas coutume...

... mon humilité a été mise à rude épreuve, ce soir...
Si vous avez l'habitude de me lire, de suivre les pages du site et du blog, vous sentez sans doute que je suis quelqu'un qui fuit honneurs et ronds de jambe, qui ne sait pas "se vendre" comme on le dit dans certains milieux professionnels.

Ce soir, je m'apprêtais à chroniquer, pour la page bibliographie du site, l'étonnant ouvrage intitulé Guide historique d'Auschwitz. Finissant de l'étudier dans ses moindres détails, je découvre avec surprise la page des liens conseillés :

Auschwitz_Forges_Biscarat_Fouzan
Je l'ai relu... pas de doute, c'est bien une reconnaissance du travail de toutes ces années, et aux côtés de quelles références ! Alors oui, je suis fière et ça me fait plaisir. Voilà pourquoi je viens partager ce moment avec vous, lecteurs anonymes ou pas, qui suivez et encouragez mes recherches et m'avez aidé à tenir bon, particulièrement lorsque "des officiels" me gratifiaient d'une fin de non recevoir (ne cherchez pas, je ne l'ai raconté nulle part).

Comme je le conseille sur la page "Aller à Auschwitz", je vais, moi aussi, glisser ce livre dans ma valise pour le mettre "à l'épreuve du terrain" puisque je pars à nouveau très bientôt pour la Pologne !

- page 2 de 8 -